dimanche 21 juillet 2013

Quelques Mirages et Contrevérités de Cédric Grimoult, avec mes critiques

C'est connu que je fréquente la Bibliothèque publique d'Information.

C'est connu que je suis créationniste. Même géocentrique d'ailleurs:

Trigonométrie dans le temps, ça donne quoi?
http://triv7quadriv.blogspot.fr/2013/07/trigonometrie-dans-le-temps-ca-donne.html


Aujourd'hui je vois exposé la nouveauté Créationnismes : Mirages et Contrevérités par un Cédric Grimoult. CNRS Éditions. Y a-t-il des conclusions à tirer à propos une intentionnalité de cette exposition du livre là où je passe?

Possible.

De toute manière, je me suis jeté sur le livre, non pas pour en déchirer le support en papier, mais pour en déchirer les arguments, s'il y en a dedans. Bon, la France reste très arriérée quand à ce débat.

Cédric maltraite Origen et Saint Augustin comme adversaires du littéralisme. Mais que nenni. S'il ne se connaît pas dans les Pères de l'Église, mais vraiment pas du tout, il n'est pas obligé d'écrire à ce sujet! Ils écrivaient leurs sermons pour des gens prêts à passer carrément plus d'un quart-d'heure à les écouter, pas pour donner une réponse à un journaliste moderne avide de faire un interview avec des courtes questions et des tout aussi courtes réponses.

Si Saint Augustin note qu'il y a une incohérence apparente entre un soleil créé le quatrième jour et l'existence des matins et des soirs avant cette création du soleil, c'est pour soulever quelques paragraphes ou quelques pages plus tard cette incohérence de la même manière, à peu près, que font les créationnistes de nos jours. [Mais voir note en bas de page]* Si Saint Paul dit "la lettre tue mais l'esprit vivifie" il le dit à propos les cacheroutes (qu'il connaissait et avait pratiqués en ancien Pharisien, en ancien disciple de Gamaliel, à une perfection digne de Beth Dîn ou audelà) et non pas à propos les récits.

Si un Juif qui se veut libéral ou conservateur mais non pas orthodoxe peut dire que les cacheroutes obligent à la lettre mais on peut se poser des questions un peu sceptiques à propos Adam et Ève, alors la démarche de Saint Paul est inverse.

Circoncision? Peut-on bouillir du poisson dans le lait sans être coupable de bouillir le veau dans le lait de sa mère? Si un textile ne doit pas être tissé de laine et de lin, peut-on avoir un vêtement avec une partie de lin pure et une partie de laine pure? "La lettre tue mais l'esprit vivifie." Donc: baptême, les Juifs n'ont pas tué Notre Seigneur tandis qu'il était encore allaité par la Sainte Vierge, la doctrine douce de la révélation à deux testaments ne doit pas être mélangé avec la doctrine rude des payens. Prépuce, nourriture, vêtements sont ce qu'on appelle "adiaphora". Sans importance.

Adam et Ève? Saint Paul ne dit pas là que la lettre tue, au contraire il les prend lui-même à la lettre, à moins de considérer qu'il considérait les deux Adam, le premier créé au début de la création et le Nouvel Adam, Jésus de Nazareth, le Christ du Très Haut, comme tout aussi mythiques l'un comme l'autre. Ce qui n'est pas le cas, car à un autre endroit il signale que plus que cinq cent hommes l'ont vu vivant après la mort, résuscité, "dont la plupart sont encore en vie".

Que Stephen Jay Gould ait inventé la théorie des "non-empiétement des magistères" est par contre correcte. Pour lui c'était biensûr Beth Dîn quand à la nourriture (ou possiblement, même probablement, une variante plus souple) et Darwin (avec sectateurs dont lui-même) pour la Genèse des Êtres vivants. Je ne vois que très mal comment ça pourrait engager un créationniste qui est Chrétien à le suivre.

Aux premiers siècles de notre ère, Origène (185-254), puis Augustin d'Hippone (354-430) considéraient déjà comme absurde une croyance littérale dans le récit de la Genèse, dans la mesure où même si l'on admet que les textes dits sacrés ont été dictés par Dieu, ils s'expriment dans un langage particulier, imparfait, et tout à fait incommensurable avec l'éventuelle vérité ultime sur le monde.


Je suis ébahi. Vous savez, les textes de Saint Augustin et d'Origène ne sont pas perdus. Le latin n'est pas mort comme l'étrusque, il reste très bien déchiffrable. Je ne connais même pas de mots indéchiffrables ou encore indéchiffrés, à moins que ça soit des chose en Pline dont on ne sait pas quel espèce biologique est la bonne entre deux du même genre, ou des lieu-dits comme Bannavem Taburnie (ou Bannavem Tabernie), dont on ne connait pas la ville principale. J'ai fait des examens excellents pour la valeur de deux ans d'études de Latin à la fac, ceci pendant un temps un peu plus étendu, je viens de trouver Saint Augustin plus facile à comprendre que Tacite, quoique un peu moins que Saint Thomas d'Aquin. J'ai entretenu le Latin après la fac. Mais si je pourrais hésiter sur quelque glosse, les éditions Budé accessibles ici sur Saint Augustin comme sur Origène (ce n'est pas pour rien que je fréquente la BpI, ni uniquement pour les connexions internet) m'épargneront même l'effort d'aller chercher un lexique.

Je ne reconnais pas cette allégation à partir de ma connaissance des textes, précisément sur la Genèse au sens Litéral. Cédric Grimoult semble avoir voulu faire comme Homère ... prendre un petit somme de temps en temps même en écrivant (et quand à Homère je ne suis pas sûr qu'Horace ne l'ait pas mal compris, juste).

Mais est-il même capable de vouloir faire justice même élémentaire à la position créationniste? Allons à son avant-propos:

Les créationnistes se présentent aujourd'hui comme les victimes des évolutionnistes qui étoufferaient leur liberté de parole. Mais il s'agit d'une contrevérité manifeste pour deux raisons.


Avant de continuer, rappelons ce qui est la plainte créationniste qu'il présente comme contrevérité, analysons ses raisons si elles la réfutent ou même confirment. Une par une. Je réprends:

D'abord, aucune institution scientifique mondiale ne dispose d'un monopole permettant de délivrer une vérité toute faite. Au contraire, un dialogue permanent entre les équipes de chercheurs qui acceptent de se soumettre à l'argumentation expérimentale et rationnelle permet à chacun de se forger une opinion. Comme les religions refusenttoute critique de leurs dogmes posés a priori comme éternels et inaltérables, ce sont elles qui imposent des doctrines selon une principe d'autorité.


La plainte des créationnistes n'était pas que les évolutionnistes ont un dogme qu'ils imposent selon leur magistère prétendument non-empiétant sur celui de la religion mais quand même selon une principe d'autorité. La plainte qu'il avait voulu faire passer pour une contre-vérité était plutôt l'imposition de silence à l'adversaire.

Non seulement silence dans un cadre quasi privé où les évolutionnistes sont entre eux, mais silence dans un cadre social plus vaste où est mis en cause le public général. Et son bien intellectuel, le savoir du vrai. Et son bien moral, par exemple (tant qu'il y a les évolutionnistes) la bonne entente sociale entre créationnistes et évolutionnistes.

Si Radio Érévan refuse de transmettre une quelleconque émission de radio Vatican sur les antennes d'Arménie, ceci reste une imposition de silence, même si les Communistes à radio Érévan disent qu'ils le fassent parce que radio Vatican est connu pour imposer des dogmes inaltérables a priori tandis que les positions communistes scientifiques, politiques, économiques, sociales, psychologiques de radio Érévan évoluent selon une dialectique de dialogue entre ceux que radio Érévan considère comme équipes se soumettant à ce que radio Érévan ne considère pas que radio Vatican s'y soumet. Même si radio Érévan prétend qu'en principe chaque position qu'elle soutient ou laisse passer est autre chose qu'un dogme, car strictement (au moins en prncipe) altérable par le dialogue futur, dont sont pourtant exclus les catholiques. Ou les créationnistes.

Et pareil pour radio Free Europe, pareil pour radio tel ou tel canal créationniste.

Et pareil si c'est radio Vatican qui exclut une émission d'un radio créationniste, non pas au motif qu'elle violérait les dogmes du Concile de Trente (en effet inaltérables) mais au motif qu'elle est l'œuvre d'un Protestant qui dans une toute autre émission ou dans sa vie paroissiale viole les dogmes du Concile de Trente.

Loin de prouver que l'imposition de silence est une contrevérité, Cédric vient de faire sournoisement un plaidoyer pour que l'imposition de silence vis-à-vis les créationnistes est peut-être vraie mais alors aussi souhaitable. Car les créationnistes seraient, selon lui, pas un de ces équipes "qui acceptent de se soumettre à l'argumentation expérimentale et rationnelle". C'est effectivement pas un équipe en dialogue permanent avec les équipes évolutionnistes. Parce qu'ils sont exclus du débat (Dawkins prétend ne jamais se débattre avec des créationnistes - après s'être débattu à Oxford avec Edgar Andrews, qui est précisément créationniste et dont l'explication de la création du soleil au quatrième jour - ou une de ses explications - coïncide presque avec celle de Saint Augustin). Et parce qu'ils ne se laissent pas distraire par un "dialogue permanent" dont ils sont exclus de parole.

Au moins selon leur propre plainte, celle que Cédric prétend une contrevérité.

Mais s'il n'a pas prouvé qu'elle est une contrevérité par sa première raison peut-être le fait-il avec sa seconde?

Ensuite, l'histoire enseigne que ce sont les institutions religieuses, notemment catholiques et protestantes, qui ont bloqué l'émergence du discours scientifique sur l'évolution pendant des longues décennies. La victoire de l'esprit des Lumières ...


Excusez-moi d'interrompre, il a évoqué les Lumières? Mais ces Déistes étaient créationnistes. Ils étaient créationnistes estimant que leur déité "grand architecte de l'univers" aurait délaissé sa création après l'avoir faite, comme l'horloger délaisse ses horloges, un peu comme le grand architecte du tour de Babel (selon la Septante, NImrod était grand de taille, géant) avait laissé sa tour, sauf que celui de l'univers avait réussi un peu mieux, mais ils étaient en tant qu'ils étaient Déistes aussi créationnistes. Voltaire reduisait la Bible à peu près à "in principio creavit Deus coelum et terram", point final. Plus peut-être la deuxième tablette du décalogue. Mais ceci ne le dispense pas d'avoir été créationniste. Mais laissons continuer Cédric:

La victoire de l'esprit des Lumières s'est traduite, dans les sociétés occidentales, par un confort issu de ses conséquences technologiques et économiques, qui ont fait reculer la misère et la mort. Le rejet du créationnisme par la communauté scientifique constitue donc un mouvement de libération par rapport à des idées archaïques et inadaptés au monde moderne.


La communauté scientifique rejette donc le créationnisme. Car ce rejet se trouve énoncé comme sujet d'une phrase principale à l'indicatif du présent, sans négation. Les sujets des phrases principales à l'indicatif du présent, sans négations doivent normalement être des réalités - à moins que l'énonceur se trompe.

Cédric admet donc qu'il y a "un rejet du créationnisme". Il prétend que le sujet responsable de ce rejet est "la communauté scientifique." Il ne dit pas que ce rejet laisse une pleine liberté de parole aux créationnistes y compris scientifiques qui se trouvent en dehors de cette prétendue communauté scientifique. Donc, il ne démontre pas que la plainte d'un étouffement de la liberté de parole serait une contrevérité. Il démontre encore une fois que - s'il a raison - il ne se souci pas du tout et on ne devrait pas se soucier du tout si la liberté d'expression des créationnistes est étouffée. Attendez, je vous donne le maire de Champignac ...

Discours du Maire (Spiroupédia)
http://fr.spirou.wikia.com/wiki/Discours_du_Maire


(Pourtant, le clou est omis, le voici cité un peu dans un essai par moi-même):

Le faiseur d'or (Spirou et Fantasio) / gm b1 lou
http://gmb1lou.blogspot.fr/2013/06/le-faiseur-dor-spirou-et-fantasio.html


Mais vu qu'il a échoué de démontrer comme contrevérité le fait que les créationnistes sont objet d'un étouffement de la liberté d'expression, a-t-il au moins raison que le rejet (sinon l'étouffement de la liberté d'expression) est souhaitable, qu'il est un mouvement de libération? Non.

Le bien-être matériel n'est pas le fruit de l'esprit des Lumières. Allez chez Régine Pernoud et l'étude sur les régistres de Carpentras (je crois qu'il s'agit du XIV siècle). La misère et la mort dont on était victimes avant certaines avances récentes étaient en partie elles-mêmes des fruits de l'industrialisation et par là la surexploitation de certaines personnes humaines et la mise au chômage d'autres. Et l'esprit des Lumières n'est pas connu pour faire la vie simple aux gens mis au chômage. Surtout pas celui de Voltaire. C'est sous Louis XV (même année que l'expulsion des Jésuites, si ça vous dit quelque chose) que s'installent les dépôts de mendicité où l'on revoyait les mendiants en les empêchant de faire la manche. Quelques ans plus tard, le populace est excédé par les nouvelles tyrannies d'un élite livré aux idées des Lumières (dont, biensûr, Voltaire).

Et quand au contenu scientifique si ce livre prétend en avoir, la spéciation des goélands en partie interfertiles n'est pas une preuve contre les créationnistes, une évolution limité nous arrange au contraire par rapport à l'Arche de Noé, les mécanismes de la spéciation ne donnent pas de précision quand à une quelleconque méchanisme censé pouvoir augmenter le nombre des chromosomes chez les mammifères (il y en a un qui les peut reduire), l'évolution reste étudiée comme si les animaux à vertèbres n'avaient qu'un seul chromosome ou pair de chromosomes et comme si les mutations des séquences de l'ADN était la seule chose rélévante pour la question.

Précisément comme je n'ai pas vu cités des chercheurs scientifiques et créationnistes par nom (quand à Hovind il pourrait y être, il y a des gens qui le comptent comme décrédibilisé parce qu'il est en prison, bien que le juge ne l'ait pas condamné pour escroc scientifique mais pour escroc fiscal, qui n'a rien à voir avec ses qualités en ancien enseignant des sciences exactes). Je ne vais pas chercher si je trouverais le géologiste Tasman Walker, le médecin Carl Wieland (qui a quitté sa carrière aux hôpitaux pour sa carrière comme créationniste, après avoir trouvé par anecdote d'opération la réponse à la question niaise "si Ève fut tirée d'une côte pourquoi donc ont les hommes le mmême nombre des côtes?" ou "comment a vécu Adam après la perte de sa côte") ou encore Edgar Andrews.

Si la communauté scientifique n'a pas une équipe qui donne les réponses avant tous les autres équipes (et pourquoi n'auraient-ils pas un tel équipe secret, s'ils sont des escrocs scientifiques?), Cédric se comporte néanmoins comme s'il y avait une telle superéquipe qui l'obligeait à ignorer les scientifiques qui sont créationnistes. Il exemplifie donc très bien lui-même ce qu'il prétend comme une contrevérité: l'étouffement de la liberté d'expression des créationnistes.

Cette hypothétique équipe maître derrière les équipes scientifiques officiellement reconnues comme telles, peut-on l'identifier? Avec exactitude totale, non. Avec exactitude suffisente, oui. B'nai B'rith n'en devrait pas être étranger. Le groupe Bilderberg non plus. Grand Orient est chose que presque chaque page parmi celles que j'ai déjà lues crie à haute voix. Grande Loge ou Rite Écossais pourraient s'y trouver pourraient être en accord ou pas être en accord, je ne sais pas. Je ne suis pas de la Loge.

Il y a une autre question: vu que pour l'effet rhétorique Cédric commence avec une évocation du cas Galilée, je me pose la question s'il évoque les géocentriques de nos jours, sinon moi, au moins le déjà très reconnu Robert Sungenis. Le régistre me dit que non, Sungenis n'est pas évoqué. L'hérésiarque pseudo-catholique Theilhard de Chardin, oui. Pages 56, 116, 136 (les premiers trois pages finissant donc sur la chiffre 6) et encore 139 et 168.

Première évocation, les créationnistes auraient tort de dire que l'évolution est prouvée par des arguments qui supposent le matérialisme, or Theilhard était très spirituel (en effet, trop!) ... mais on peut partager une conclusion qu'on ne pourrait pas prouver un-même tout en refusant certaines prémisses auxquelles recourent ceux qui prétendent la prouver.

La deuxième, Theilhard de Chardin est évoqué comme partageant avec Bergson (mis sur l'Index des Livres Interdits) la conception du finalisme (donc de l'évolution créatrice) et ils étaient les deux influencés par Gaudry. Le psychisme des espèces aurait été la cause de leurs transformations matérielles. Est évoqué son manque de rigueur, à la fois comme biologiste et comme paléontologue (est par contre tu le faussaire de Piltdown).

Troisième évocation, Pie XI, créateur de l'Académie Pontificale des Sciences condamne Theilhard de Chardin (et pourtant il y a des soi-disants tradis qui n'aiment pas Pie XI, comme Philippe Plocard d'Assac!). Cédric est très condescenant vis-à-vis ceci, il semble penser que l'église aurait dû quasi s'accrocher à chaque paille qui s'offre: il ne croit pas en Theilhard, mais il ne croit pas qu'il y ait mieux à espérer pour l'église.

La même page il attribue à Galilée le mot de St Robert Bellarmin, le mot célèbre selon lequel la Bible "ne veut pas enseigner comment vont les cieux mais comment on va aux cieux". Mot avec lequel St Robert au début du procès de 1616 (il meurt en 1622 avant le deuxième procès). Mot que Cédric ne cite pas correctement même. Il met la première partie en "comment a été fait le ciel".

Quatrième évocation il évoque la doctrine qu'il appelle concordiste et Theilhard parmi d'autres. Citons ce qu'il dit en haut de cette page:

Alors que la France reste bien protégé contre les créationnistes stricts, notemment grâce à la centralisation des programmes éducatifs et à la loi de séparation des Églises et de l'État de 1905, elle reste exposée à l'Intelligent Design.


Eurr ... vous veniez de dire que l'étouffement de la liberté d'expression était "une contre-vérité"?

Ou, est-ce que vous avez dans les récès intérieurs de votre conscience pris excuse dans le choix très précis de mots, et vous vouliez dire que nous sommes peut-être objets d'un tel étouffement mais non pas précisément victimes?

Et en page 168 ... Cédric a la grande bonté de refuter Theilhard de Chardin ou plutôt la fondation qui porte son nom.

La complexité croissante n'existe pas, comme le montrent les cas de pertes de fonction, bien étudiées chez les microorganismes par exemple. L'accroissement du psychisme est surtout apparent chez les vertébrés.


Je venais déjà de le dire moi-même. En Resist Meta-Man, un petit tractat contre le Transhumanisme, je viens de dire que les évolutionnistes croient en quelques cas de "complexité croissante", celui des procaryotes en eucaryotes, celui des être monocellulaires en être polycellulaires, celui des insectes (ou de certains insectes) "et bientôt les humains" en ruches, celui des petites entreprises en grandes entreprises. Seule cette dernière est vérifée. Elle est aussi malfaisante. Elle n'est pas une raison pourquoi les hommes devraient se transformer en bêtes de ruches. Je suis pour une fois d'accord avec Cédric. Theilhard de Chardin est refutée par la science exacte.

Hans-Georg Lundahl
BpI, Georges Pompidou
Neuvième Dimanche après Pentécôte
21-VII-2013

*Effectivement, dans De Genesi ad Litteram libri Duodecim, livre 5, il y a un endroit où St Augustin apporte comme preuve de sa lecture de Genèse II:4,5 et d'un passage du Livre Ecclésiastique comme témoins d'une création dans un seul instant non temporel mais platonique. Par contre, avant il avait exposé les jours selon la suite temporelle et il avait expliqué que la lumière était créée avant le soleil. Et après il dira que celui qui n'est pas encore capable à le suivre - et pour l'instant je ne le suis pas pleinement, des gens avides de me changer les idées ont réussi à me dégrader le corps et l'âme, je suis tout autrement grossier et impatient qu'avant par exemple en 2004 ou 2005 - et encore plus loin il dira qu'après cette première création d'un instant il y a eu une création d'Adam dans le temps aussi dont il n'exclut pas ce que conclut expressement St Thomas d'Aquin là-dessus: que cette création dans le déroulement du temps, sécondaire aux six jours qui n'en étaient qu'un se déroula en six fois vingt-quatre heures, donc Adam et Ève peuvent sans être contredits par St Augustin et en étant explicitement autorisés par St Thomas d'Aquin avoir été créés après le déroulement des cinq jours successives et après le déroulement des heures successives du sixième.

Notons toutefois qu'il y a trois titres de St Augustin qui se rapportent à la Genèse - De Genesi ad Literam libri dueodecim, De Genesi ad Literam liber imperfectus, De Genesi (ad literam?) contra Manichaeos. Il a pu aborder le sujet aussi en Confessiones, en De Civitate Dei, en Quaestiones in Heptateuchum. Peut-être aussi en Retractationes. Notons que le titre n'est pas "retractiones" comme s'il y retirait ce qu'il avait dit avant, mais "retractationes" - des retours du discours au même sujet. Par ce seul titre il confesse le même trait d'esprit que Tolkien partagera avec lui. Il était un "niggler". Il se chicanait sur les choses qu'il trouvait importantes, dans les moindres détails.

À force de me vouloir "guérir" de ceci, on me prive de moi-même, des dons que Dieu m'a faits, des plus grands plaisirs intellectuels et artistiques. Désolé, pour l'instant avec les privations de sommeil et de calme - je viens d'avoir l'écran paralysé pendant des minutes, ce qui m'agace - je ne suis pas capable à suivre St Augustin plus près dans les détails de sa pensée que ceci. [Ajouté jour de St Laurent, HGL]

Mise à jour, 29 juillet, St Olave de Norvège:

Morale et darwinisme:

De même que le racisme ... l'eugénisme ... préexiste au darwinisme. C'est néanmoins le cousin de Darwin, Francis Galton (1822 - 1911) qui renouvela cette doctrine dans Hereditary Genius (Le Génie hérédiatire) où il fonde l'étude biométrique des populations, dès 1869. Mais seule une minorité des biologistes admettant à cette époque la théorie darwiniste de la sélection naturelle, son impact resta limité au plan politique et ne permet pas d'expliquer entièrement les lois votées en faveur de la stérilisation de certains criminels, malades, déficients mentaux ou handicapés physiques, pratiquées dans plusieurs pays occidentaux à partir de 1907.


Le livre de Galton sort en 1869. Peu de scientifiques sont à l'époque des darwinistes. Il est mis en pratique politique en 1907 et plus tard. Circonstance omise par notre cher Cédric: à cette époque là, le darwinisme avait gagné beaucoup de terrain.

Est également omis de dire que l'eugénisme avant le darwinisme c'était aussi bien avant le christianisme. La mise dehors des enfants malades (ou des filles surnuméreaires) pour mourir est pratique interdite sous peine de mort par empéreur Constantin. Comme l'avortement. Les deux choses étaient là étaient par contre courant parmi les Romains depuis Caton et Columelle, auteurs qui s'inspiraient des pratiques Canaanéennes au Carthage.

Parmi les naturalistes des Lumières, par exemple, qui furent les premiers classificateurs des races, on trouve surtout des créationnistes déclarés, comme le botaniste suédois Carl von Linné (1707 - 1778), célèbre fondateur de la classification moderne ...


Merci bien d'abord d'admettre ici que la piste de diversités et similitudes hiérarchiques ne donne pas immédiatement une impasse à toute explication créationniste, puisque le grand découvreur de cette hiérarchie, Linné, restait créationniste.

Ensuite, il a classé les races, oui. Il n'a pas prétendu - que je sache - que l'une soit supérieure à l'autre ou qu'une place supérieure lui soit due à la société.

ou l'anatomiste allemand Johann Friedrich Blumenbach (1752 - 1840), qui pensait que les variétés au sein de notre espèce étaient dues à diverses formes de dégénérations.


Importe donc à savoir quelles formes de dégénérations il recensait. Une race serait plus dégénérée qu'une autre et en des choses graves? Ou tous un peu pareil dans des choses légères, par exemple la race européenne dégénérée en pigmentation?

Au contraire, dès 1755, l'Encyclopédie de Diderot - qui soutenait une forme de transformisme - et d'Alembert avait pris parti en faveur de l'abolition.


Pour motif d'égalité? Ou pour motif que l'esclavagisme dégénère l'esclavagiste? Avec ou sans exclusion de par exemple eugénisme ou apartheid? Cédric ne nous le dit pas. Il ne nous dit pas non plus qui a signé l'article qui se prononce en faveur de l'abolition. Diderot? Ou un autre, non transformiste? Car tous les articles n'étaient pas de Diderot et d'Alembert, les articles sur la musique, d'ailleurs très bons, étaient par Jean-Jacques Rousseau. Donc, faut savoir si l'article en défaveur de l'esclavage était de Diderot ou non. Et encore si le défaveur était parce que le nègre était digne de liberté ou indigne de particier à une vie civilisée en dehors d'Afrique.

Victor Courtet de l'Isle (1813 - 1867) classe les races humaines selon une "gradation naturelle des êtres", une échelle allant du singe à l'homme blanc, en passant par les peuples noirs et avec les Germains blonds au sommet. Cette typologie fixiste exclut toute théorie de la dégénérescence ou de l'évolution, qui pourrait brouiller les distinctions des races.


Mais alors il était trop peu évolutionniste pour être Créationniste! Nous les créationnistes, nous insistons que de Noé et de sa femme, de leurs trois belles-filles, se constitue l'entiérité des variations de génôme postérieur au déluge. Donc, qu'il y a eu l'un ou l'autre ou les deux.

Le grand apôtre de l'eugénisme nazi, l'essayiste Houston Chamberlain (1855 - 1927), directement inspiré de Gobineau, abhorrait les idées de Darwin ...


Mais peut-être pas toute idée transformiste?

...mais se voulait spiritualiste chrétien.


Chrétien? Bon, il était baptisé. Son professeur d'allemand, un Friedrich Wilhelm Otto Kuntze avait fait ses études à Stettin - la ville polonaise assez germanisée et très protestantisée sous hégémonie prussienne. Ses lecteurs enthousiastes comprennent, en outre les nazis, Wilhelm II, D. H. Lawrence, Winston Churchill et même Albert Schweitzer. Catholiques orthodoxes? Créationnistes? Que nenni! Pour revenir des admirateurs au professeur, il était "Evangelisch" dans un sens tout contraire aux évangélistes des états-unis. À une époque où les Protestants de la Prusse sombraient dans l'Évolutionnisme en masse.

Et en plus il a inspiré les Deutsche Christen - l'hérésie d'exégèse très libérale moderniste, genre Loisy, dont par exemple Adolf von Harnack était un grand protagoniste, celui qui prétendait que Jésus était un Aryen. Tous des gens que St Pie X avait excommuniés dans ses condemnations du modernisme. Et que Pie XI continuait de condamner.

Regardons en plus ses titres publiés, une sélection:

  • Das Drama Richard Wagners. Eine Anregung. Breitkopf & Härtel, Wien 1892
  • Richard Wagner. Illustrationen Alexander Frenz. F. Bruckmann, München 1895
  • Die Grundlagen des neunzehnten Jahrhunderts. Bruckmann, 1899
  • Arische Weltanschauung. Bruckmann, 1905
  • Heinrich von Stein und seine Weltanschauung. Georg Heinrich Meyer, Leipzig 1903 (mit Friedrich Poske)
  • Immanuel Kant. Die Persönlichkeit als Einführung in das Werk. Bruckmann, 1905
  • Goethe. Bruckmann, 1912
  • Kriegsaufsätze. Bruckmann, 1915 (Enthält die sechs Aufsätze: „Deutsche Friedensliebe“, „Deutsche Freiheit“, „Die deutsche Sprache“, „Deutschland als führender Weltstaat“, „England“, „Deutschland“)
  • Lebenswege meines Denkens. Bruckmann, 1919
  • Paul Pretzsch (Hrsg.): Cosima Wagner und Houston Stewart Chamberlain im Briefwechsel 1888–1908. Reclam, Leipzig 1934


Immanuel Kant? Ça rapelle plutôt Spinoza que le créationnisme, non? Goethe? Plutôt maçonnerie que catholicisme, non? Wagner? Pourrait être purement musical, mais avec "Arische Weltanschauung" - "vision du monde aryenne"? En "essais de guerre" il y a "Deutschland als führender Weltstaat" - Allemagne (c à d la Prusse élargie en 1870) comme état cosmopolite principal. Il se voulait chrétien?

Have a look at Wikiquote:
http://en.wikiquote.org/wiki/Houston_Stewart_Chamberlain


  • One does not need to have the authentic Hittite nose to be a Jew; the term Jew rather denotes a special way of thinking and feeling. A man can very soon become a Jew without being an Israelite; often it needs only to have frequent intercourse with Jews, to read Jewish newspapers, to accustom himself to Jewish philosophy, literature and art. On the other hand, it is senseless to call an Israelite a 'Jew', though his descent is beyond question, if he has succeeded in throwing off the fetters of Ezra and Nehemiah, and if the law of Moses has no place in his brain, and contempt of others no place in his heart.
  • This will to live was the first thing that Judaism gave to Christianity: hence that contradiction, which even today seems to many an inexplicable riddle, between a doctrine of inner conversion, toleration and mercifulness, and a religion of exclusive self-assertion and fanatical intolerance.
  • I have never understood why Catholics of culture take pains to deny or to explain away the fact that the Roman Church is not only a religion but also a secular system of government, and that the Church as representative of God upon earth may eo ipso claim — and always has claimed — absolute power in all things of this world.
  • We find that actual, concrete knowledge, that is, the great work of toilsome discovery, has one deadly enemy, omniscience. The Jews are a case in point; if a man possesses a sacred book, which contains all wisdom, then all further investigation is as superfluous as it is sinful: the Christian Church took over the Jewish tradition. This fastening on to Judaism, which was so fatal for our history, is being accomplished before our very eyes; it can be demonstrated step by step. The old Church Fathers, taking their stand expressly upon the Jewish Torah, are unanimous in preaching contempt of art and of science.


Dedans les idées de Chamberlain il n'y a biensûr aucune ressemblance avec celles de Cédric? Si? Quand même?

Il avait assurément plus en commun avec Wotan ou Odin qu'avec sa postérité chrétienne Saint Olave de Norvège.

Et il s'inpirait d'où? Vous venez de dire "de Gobineau" ...

Mais Gobineau ne fonde nullement un racisme biologique et scientifique, car il s'inspire explicitement du mythe indien de l'origine des castes.


Ce mythe indien n'est certes pas darwiniste au sens classique, mais encore moins créationniste.

Comme un fixisme qui n'admetterait pas l'évolution entre les races humaine ne peut pas être créationniste, un fixisme entre les castes ne le peut pas non plus.

En plus, par l'idéologie du dharma, par le fait de croire la transmigration des âmes entre les êtres vivants, le hindouisme est évolutionniste d'une autre manière.

Le darwinisme n'est pas le seul évolutionnisme à dégouter un Chrétien, aussi l'évolutionnisme spirituel des religions dharmaïques. Ou le transhumanisme de par exemple Theilhard de Chardin. C'est d'ailleur de celui-ci qu'on peut avec la plus de justice dire qu'il est d'inspiration satanique. Mais l'évolutionnisme darwiniste ne lui n'est nullement étranger.

Morale et Christianisme

Le darwinisme qui affirme que la vie et l'univers ne sont rien d'autre que les fruits du hazard, se trouve être à l'origine de mouvements dévastateurs qui ont infligé jusqu'à ce jour de terribles désastres à l'humanité. Ainsi cite Cédric le Musée de la Création.

Galtonisme - comme je viens d'affirmer.

Léninisme. Avec une sauce hégélienne, biensûr. Mais le hégélianisme aussi est évolutionniste dans son déroulement de "thèse, antithèse, synthèse" tout au long de l'existence tant humaine que soushumaine. En effet, le darwinisme pourrait passer pour une application spéciale de cette idéologie. Comme ça a été fait dans le léninisme.

Nazisme - ça serait douteux. Plutôt panthéiste qu'athées. Et Stettin est une ville très forte en bouddhisme en Pologne actuelle. Vous savez, la ville d'origine de Kuntze, qui fut professeur allemand pour Chamberlain.

Luciférianisme - assez possible. Avec des cibles jusqu'à nos jours, comme à Guantanamo ou dans les psychiatries, comme les détenus qui n'ont fait que prier à la maison ... comme les victimes de Klebold et de Breivik aussi.

Bon ... néanmoins Cédric prétend que la thèse ne mérite pas refutation.

Pour preuve il s'abstient d'une réfutation logique en règle et se contente avec un "tu quoque". Auquel je me sens, en tant que Catholique, un peu contraint à répondre.

Les croisés du XIIe siècle auraient-ils été darwinistes sans le savoir?


Peut-être avait-il soin de répondre plutôt à l'affirmation d'un Musulman qui prétendait que chacun qui prônait la confrontation était darwiniste. Il venait de le citer avant le Musée de la Création.

Mais vu que son écrit est déjà imprimé ... bon.

D'abord, les croisés du XIIe siècle étaient moins violents que Lénine et que Trotski. Ils tuaient moins de gens, puisque leur culture d'armement avait fait moins de progrès, mais aussi par principe. Aussi, ils ne prônaient pas la confrontation, ils y répondaient.

De même que le grand inquisiteur Torquemada.


Si pendant les siècles les estimes réalistes pour victimes morts dans les autodafés de l'Inquisition espagnole varient entre 10.000 et 4000, je crois que là aussi on a affaire avec un homme moins violent que Trotski.

De plus, les islamistes fanatiques qui défendent le créationnisme ...


Oui, oui, connais déjà. L'excuse de l'armée française - ou de certains de ses effectifs en congé en France - de prôner sur son propre sol une campagne sournoise contre les créationnistes. Ça seraient les coupables derrière les fanatismes prétendument derrière la résistance islamiste en certains pays ... si non è vero, è ben trovato.

Non : la violence naît du fanatisme. Ce sont l'intolérance et l'assurance avec laquelle on croit avoir raison qui empêchent de comprendre un autre point de vue et conduisent à vouloir contraindre les autres à se soumettre au sien.


Comme l'intolérance et l'incompréhension des vues créationnistes conduisent des gens à publier une charabia démonisant comme le livre de Cédric? Par exemple?

Comme ça conduit des psychologues à voir dans l'assurance avec laquelle je crois avoir raison une indice quasi par définition d'une incapacité de comprendre les vues des autres ou une risque quasi par définition de vouloir contraindre les autres à simplement se soumettre au mien?

Car ces choses existent surtout dans leurs imaginaires.

Non, cette analyse est erronnée (en plus d'être d'accord avec le racialiste Houston Chamberlain). St Thomas d'Aquin était on ne peut plus assuré d'avoir raison, il n'était ni incompréhensif vis-à-vis les vues des non-Catholiques ou des Catholiques mal informés, ni en grande passion de vouloir contraindre des gens à gauche ou à droite de se soumettre sans qu'il y aient fait quoi que ce soit pour mériter la contrainte. Notons dans ce contexte, il considérait l'apostasie vers l'hérésie ou judaïsme ou les divers paganismes comme un crime contre Dieu et donc comme méritant la contrainte par voie punitive. Rien de tel pour ceux qui n'avaient pas reçu la foi, à moins qu'il l'attaquent.

La tradition attribue l'expression fanatique "Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens!" à Arnaud Amaury, archévêque de Narbonne et légat du pape, à qui l'on demandait comment séparer les "bons" croyants des hérétiques lors de la croisade des Albigeois.


Là-dessus nous informe la wikipédie:

Arnaud Amaury passe pour avoir dit, lors du sac de Béziers, à des soldats qui lui demandaient comment distinguer les bons fidèles des hérétiques : « Massacrez-les, car le seigneur connaît les siens. » Le seul auteur par lequel on connaisse ce mot (en latin : « Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt eius. ») est le moine cistercien allemand Césaire de Heisterbach, qui le prête au légat dans son livre Dialogus miraculorum (Des miracles), écrit entre 1219 et 1223. La transmission historiographique de ces propos fut quelque peu modifiée pour devenir : « Tuez-les tous ! Dieu reconnaîtra les siens. » Césaire reste assez proche de l'évènement dans le temps (une dizaine d'années), mais il est étrange qu'à propos d'un fait survenu à Béziers, un Allemand soit seul à savoir ce que les sources locales semblent toutes ignorer.


Et les historiographes ont noté (aussi selon la même source) que ce Césaire manquait du sens critique. Et ceci est connu - car la wikipédie cite parfois les sources - depuis 1866: Ph. Tamizey de Larroque, «Un épisode de la guerre des Albigeois» ,Revue des questions historiques, t. 1, 1866, p. 168-191.

Cédric Grimoult, vous-êtes bien agrégé d'histoire, non? Faire appel à la tradition quand une première source est connue ... et compte comme discréditée? Mais posons que Césaire n'aurait pas du être discrédité. Alors faut croire ses miracles aussi, faut pas jouer l'athée matérialiste en tout ça. Alors les mots pourraient être un reflet d'un désespoir sur la morale des Albigeois après leur meurtre commis sur l'autre légat du Pape, Pierre de Castelnau.

Après, les génocides comme on peut les qualifier de l'Ancien Testament, peut-être n'étaient-ils pas de crimes contre l'humanité, si à l'époque les victimes commettaient eux-mêmes des crimes encore pires (genre avortements, sacrifice humain ...) et qu'à l'époque il n'y avait pas encore un monde civilisé chrétien pour prendre en charge la mission auprès de ce genre de criminels. On a laissé les Azteks en place (moins un grand massacre de leur armée) mais avec des missionnaires chrétiens sur le terrain. Comment voulez-vous que les Israëlites, crus depuis l'Exode, prennent en charge une mission qui a reclamé de bons dominicains et jésuites sans oublier des franciscains, chez les Azteks?

L'honnêteté historique à propos le phénomène étudié

Un chapitre a le sous-titre pour sa première partie:

Les incohérences du créationnisme


Ceux qui savent que je suis pour Franco et contre Azaña imaginent peut-être que je m'informe sur la guerre d'Espagne à partir des sources sécondaires franquistes. Nenni. Je préfère les sources de gauche ou neutres. Ou alors, témoignages personnels comme celui de Roy Campbell.

Mais il y a un opprobre de vouloir connaître les Anarchistes de Barcélone uniquement des sources franquistes, et de vouloir connaître les créationnistes et leurs scénarios de sources comme Cédric Grimoult, il y a le même opprobre. Partialité qui choisit de s'aveugler.

voici pour nos propres sources sur nos scénarios:
http://creavsevolu.blogspot.fr/2010/06/pour-francophones-tendance-monoglottes.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire